Alors celle-là, pas de doute, c'est la mienne ...

Publié le 26 Janvier 2013

Hum.

 

Après que j'ai posté la note qui vous décrivait par le menu les matinées de ma fille, évidemment, tout est parti à vau-l'eau...

 

Avant-hier, impossible de trouver le sommeil le matin, du coup belle* a dormi hyper tard  l'après-midi/soir, et elle a eu un mal infini à se rendormir après la première tétée de la nuit. (* Lapsus révélateur !)

 

Hier matin, rebelote... Elle n'a réussi à s'endormir qu'en écharpe (après la tétée de 14h, je la porte tous les jours. C'est à la fois sa balade et mon moment à moi, puisque je peux aller où bon me semble !) , et je l'ai gardée pendant les 3/4 de mon cours de couture (soit 3 heures). A la surjeteuse. Pratique... Mais je savais qu'elle se réveillerait si je la posais, et j'avais besoin qu'elle dorme pour respirer (oui, c'était égoïste. Je peux aussi dire que je savais qu'elle avait besoin de dormir, ça n'est pas mentir, mais j'avais surtout besoin de sortir et de voir du monde, moi, sinon je pense que j'aurais craqué)

 

http://www.materiel-professionnel-occasion.com/uploads//products/Surjeteuse%20sur%20table.jpg

 

Et à partir de son réveil, ça a été terrible...

 

Des pleurs inconsolables, une accalmie de temps en temps, mais grosso-modo, pendant trois heures. Dans nos bras, sur nos genoux, dans le lit (pas seule, et nous la berçions de nos quatre mains), le cocoon, bref, l'horreur. Et évidemment, assez rapidement, toutes les filles de la maison étaient en pleurs... Sympa pour le pauvre D. qui revenait du boulot !

 

Evidemment, ça a fini par se tasser.

Et évidemment, le dodo qui a suivi a été bien long et paisible...

Et évidemment, j'ai un peu honte de le dire.

 

C'est particulièrement dur pour moi, ces crises de larmes qui font suite à un manque de repos, car je n'ai jamais essayé de "la dresser" ! Même si c'est à horaires à peu près prévisibles, quand je lui propose le sommeil, c'est qu'elle en montre le besoin (elle baille, se suce la main...) . Donc j'imaginais qu'en essayant de bien repérer ses besoins, et d'y répondre correctement, j'allais éviter les pleurs de décharge... On peut rêver ! :P

 

J'y ai énormément réfléchi, et je crois que ce qui s'est passé, c'est qu'elle n'avait tout simplement pas assez dormi, et elle avait besoin d'évacuer le surplus d'énergie et de nouveauté. Je m'explique : par exemple, quand elle est fatiguée la matin, et qu'elle ne réussit pas à trouver le sommeil, elle râle. Donc on la console, elle s'endort un peu aux bras. On la pose, elle se réveille. Forcément, c'était mieux au bras ! Et ça dure un moment, jusqu'à ce qu'elle tombe raide après une tétée-repas (la tétée-câlin, ça la fatigue pas assez, peu importe la durée.)

 

Si on tente l'écharpe, elle ne dort pas non plus... Trop de choses à voir et à faire !

 

C'est un poil compliqué : contrairement à ce que tu évoquais dans tes commentaires, Floh, nous on a le modèle qui ne dort pas même s'il en montre clairement le besoin... Mon chéri suggère, et c'est ce qui explique le titre de cette note, que ma fille tient de moi : en effet, j'ai toujours des trucs à faire, à découvrir, et mon sommeil passe en arrière-plan. Et ma fille, elle est pareille. Ou est-ce moi qui l'ai involontairement contaminée/conditionnée?

 

Ca, pour moi, c'est tout simplement impossible à admettre. Il faut qu'on arrive à lui faire sentir qu'elle peut s'autoriser à se poser et se reposer, que le monde sera toujours là à son réveil, que dormir, ça n'est pas mal. Tout comme s'accorder du temps pour soi, du temps à ne rien faire... J'ai trop de mal à faire avec ce défaut, je ne veux pas qu'elle aie le même !

 

Malheureusement, à son âge, tout est nouveauté, donc tout est synonyme de distraction, d'excitation...

 

Du coup, nous avons décidé d'accepter un peu plus de petits pleurs et de rouspétages épars, si ça lui permet de relâcher la pression petit à petit et d'être globalement plus sereine. (Idée croisée ici : les pleurs de décharge, c'est comme une cocotte, ça s'accumule ...)

 

Par exemple, quand elle manifeste des signes de fatigue, vu qu'elle ne veut apparamment pas dormir là où il y a de l'action (plus petite, c'était pile le contraire !), on la prend, on lui donne une tétée / un câlin dans sa chambre, et on la pose ensommeillée, mais encore éveillée au calme, rideaux tirés, dans une lumière douce. Les bruits de la maison continuent en arrière-plan, car on tient à essayer de ne pas reproduire les conditions de la nuit. Et on reste avec elle jusqu'à ce qu'elle soit à trois secondes de s'endormir, en lui expliquant qu'on sera là à son réveil. Dit comme ça, ça me fait un peu bizarre, je me dis que forcément ça devrait lui donner encore plus envie de lutter pour pas qu'on parte ! D'un autre coté, elle apprend que notre absence n'est pas synonyme d'abandon, puisqu'on vient dès qu'elle le demande.

 

On l'a fait pour la première fois ce matin, elle a rouspété (pas pleuré) un petit moment (5-10 min je pense) pendant qu'on la câlinait et la berçait, en lui expliquant qu'on avait vu qu'elle avait besoin de repos, et qu'on allait l'aider à le trouver. Puis elle a pleurouillé une petite minute comme elle fait toujours avant de s'endormir après une grosse crise de larmes.

 

Puis elle a commencé à pénéquer, alors on lui a dit qu'elle allait se reposer un peu seule, qu'on serait là à son réveil, qu'on reviendrait la voir si elle avait besoin, mais qu'elle resterait dans son lit pour se reposer un petit moment parce qu'elle en avait besoin, avec ou sans nous (comment déterminer le moment où elle se serait assez reposée si elle ne dormait pas, aucune idée, passons.) Et on est sortis. Elle est restée éveillée dix minutes, pas résignée, pas bougonne ni triste, mais toute calme et visiblement détendue, (on a jeté un oeil) et depuis, elle dort comme un loir... Et quand elle réussit son dodo du matin, en général, la journée est bonne...

 

Si seulement ça pouvait être le début d'une longue et belle histoire entre ma fille et le repos...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

Finalement, j'ai été interrompue dans ma note par un besoin de tétée. Ma fille s'endormait aux trois quarts au sein...

 

Contrairement à ma (mauvaise, je pense, dans notre cas) habitude, je n'ai pas attendu qu'elle dorme, puis fait tout doucement pour le rot, et posage en catimini... Je lui ai fait faire le rot, puis je l'ai changée sans trop la secouer, mais sans faire méga-gaffe. Puis je l'ai regardée : on a joué dix bonnes minutes à babiller, puis elle a baillé, et comme c'est dans ses habitudes de dormir après cette tétée, j'ai poursuivi le jeu un peu plus calmement, en attendant de savoir si c'était bien ça, ou si c'était la force de mon habitude. Trois baillements plus tard, je l'ai remise au lit avec un câlin. Elle a rouspété pour la forme, pendant que je lui expliquais derechef que c'était pas une punition, que je me débarrassais pas d'elle, mais plutôt des trucs à faire pour être disponible ensuite pour elle quand elle voudrait jouer, que ses jouets et moi serions là à son réveil, qu'elle aurait rien raté... Et elle dort de nouveau, les bras en croix...

 

Je ne sais pas si c'est un accident, mais la voir comme ça, quel pied !

 

En parallère, j'ai remis en place les changes de la nuit, qu'on avait supprimés pour ne pas la réveiller après qu'elle se soit endormie au sein. Parce que comme elle se rendort de toute façon, je pense que c'est bien d'utiliser cette capacité ... Du coup, tétée, rot, change dans le calme mais change quand même. Petite berceuse, et quand je la repose, elle dort à 99%. Donc elle apprend à faire le dernier 1% "toute seule"...) Du coup, ça me permet de moins flipper de la réveiller accidentellement pour le rot, donc c'est plus efficace (c'est arrivé qu'à force de douceur, tout ne sorte pas, et que ça la réveille... Et là, pour le coup, c'était pas un réveil en douceur :/ ), et j'ai aussi moins peur qu'elle aie les fesses à vif.

 

Bien sûr, tout ça a été décidé à deux. J'espère qu'on fait bien, c'est tellement dur de se dépétrer de ce qu'on a appris, de ses raisonnements, de faire confiance à son instinct. C'est aussi dur pour moi de faire abstraction de ma grand-mère qui me dit "j'espère que tu la prends pas trop aux bras !" que de l'idée que plus je la porterai, plus elle sera indépendante...

 

Quelque part, je me demande si c'est bien de faire moit/moit (par exemple, on partage la chambre mais pas le lit, je la porte mais pas toute la journée, je l'allaite à la demande mais je ne propose pas le sein en premier quand je sais que c'est pas pour manger). Peut-être que c'est pile le mauvais compromis... Par exemple, une enfant habituée à être portée un peu ne va-t-elle pas demander à en avoir plus ?(Quelque part, ça rejoint l'idée que le portage rendrait capricieux les enfants. Ceci dit, l'idée du portage, c'est de répondre à 100% aux besoins de contact. Si je ne réponds qu'à 50%, c'est peut-être normal qu'elle réclame..? )

 

Rhaaaaaaaaa, galère !

 

On va essayer de s'en tenir à ce qu'on a décidé, on verra ce que ça donne, quitte à changer quand ça n'ira plus ! 

Rédigé par Apostille

Publié dans #Welcome to the real life !

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

charlinette 26/01/2013 22:02


bon ben moi je n'ai pas grand chose à rajouter à ce qu'a dit Floh... ;-)


juste... pourquoi tant de questions??? ;-)


bon, je le dis en plaisantant mais je sais que ce n'est pas forcément simple de laisser la vie couler, tranquille... j'avais juste envie de te préciser que des "erreurs" y'en aura parce que vous
apprenez, parce que en tant que parents on n'a jamais LA réponse idéale... mais c'est la vie non? vous prenez soin d'elle, autant qu'il est possible de le faire et ELLE LE SAIT donc tout baigne
;-)

Apostille 28/01/2013 16:36



Pourquoi tant de questions ?


Parce que c'est dans ma nature, pardi ! :) Parce que c'est notre premier enfant, donc on a envie de faire bien. Parce qu'elle sera très probablement fille unique, alors on essaie de la choyer
sans la gâter... Parce qu'on se prend des remarques de tous els cotés et qu'on a envie de prouver aux gens qu'ils avaient tort ! :P



Floh 26/01/2013 17:13


(Tu sais que le rot n'est pas indispensable pour un bébé allaité? ;)) Petit préambule juste pour t'embêter :p)


Tu n'as surtout pas à culpabiliser d'avoir fait quelque chose parce que ça te convenait à toi (la garder en écharpe). C'est important de le faire, et c'est vraiment essentiel d'y trouver ton
équilibre. Et je doute fortement que ta fille ait vu un inconvénient à rester collée serrée contre toi pendant ce temps-là, tu ne l'as pas posée seule dans un coin par exemple ;) Ma sage-femme me
répétait toujours (et je me suis énormément appuyée dessus pour tout, parce que ça rassure) que même si petit, ils savent dire quand ils ne sont pas d'accord ou que ça ne leur convient pas. Ils
pleurent, on répont à leurs pleurs...Elle n'aurait pas voulu rester en écharpe, je pense qu'elle te l'aurait fait savoir comme il se doit ;)


Bon, tu as eu la réponse pour les pleurs du soir et la cocotte minute. C'est exactement l'image que je voulais te donner. Là encore, ma sage femme m'avait expliqué que oui, on pouvait les calmer.
Mais que s'ils se réveillaient, on en prenait pour plus fort et plus long. Alors oui, résolument, je pense que la meilleure solution est d'accompagner ces pleurs comme vous l'avez fait, mais
surtout surtout de ne pas le vivre comme un échec. C'est très dur au début. Et puis petit à petit, tu verras, déjà tu sentiras que ce n'est plus aussi douloureux (pour toi parce que pour elle, je
doute que ça le soit, pas ces pleurs-là). Et surtout je pense que les pleurs vont diminuer. Parce qu'elle grandira, mais aussi parce qu'elle aura été accompagnée....Et rassure-toi, c'est normal
de pleurer quand elle pleure, je le fais encore suivant pour quelle raison la mienne pleure...


Idem pour sentir le moment où elle aurait besoin de vous voir sans avoir dormi: elle sait appeler :) Elle chouinera dans un premier temps, puis appellera franchement, et toi, tu jugeras que c'est
le bon moment. Ton instinct saura, ne t'en fais pas ;)


Je te souhaite de tout coeur que cette histoire de sommeil se règle vite, mais malgré tout, attends-toi à quelques bouleversements. L'apprentissage du sommeil n'est vraiment pas évidente, et chez
nous, c'est encore très très dur, mais nous ne sommes pas une référence...Et rappelle-toi qu'un rythme n'est pas forcément acquis ;)


Pour tes interrogations de fin de billet, que te répondre, si ce n'est que vous êtes seuls à avoir la bonne solution? Et la bonne solution est ce qui vous convient à VOUS et à votre fille. Vous
ne la porterez jamais trop, c'est certain. Tu ne lui donneras jamais trop le sein, c'est certain aussi. Si le lit dans la chambre vous convient, pourquoi vous compliqueriez-vous la vie à changer
dans l'immédiat, si vous n'en ressentez pas le besoin? C'est dur, oui vraiment dur de fermer les écoutilles aux critiques extérieures, surtout de ceux qu'on aime, mais il faut y arriver, et
rester dans sa ligne de conduite. Ce qui pourrait ne pas convenir à votre fille, ce sont des hésitations et des doutes, qu'elle va forcément sentir et traduire probablement par un peu de
mal-être. Si vous trouvez votre équilibre maintenant dans tout ce que vous mettez en place, continuez, il n'y a que vous qui savez ce qui est le meilleur pour vous 3, alors courage. Mais je sais,
ce n'est pas évident, et encore moins dans cette période d'immense fatigue et d'hormones un peu en vrac ;) Appuye-toi sur les ressentis du papa, sur la juste distance qu'il peut avoir, et
n'hésite pas à poser des questions;)


Je t'embrasse, et finalement je te réponds sur l'autre billet à ta question en commentaire sur la tétine :)

Apostille 28/01/2013 16:49



Oui, je sais pour le rot, mais soit mon système de distribution a trop de pression, soit ma fille est une goulue, parce qu'on a besoin d'un rot à chaque fois. D'ailleurs, le premier bruit que
j'ai appris à reconnaître chez ma fille, c'est le bruit qu'elle fait pour essayer de chasser un rot. On dirait un baby T-Rex !


Pour l'écharpe, je te remercie... Avant-hier, A. ne voulait pas faire sa 2e sieste de l'aprem dans son lit, j'ignore pourquoi. Alors que le matin ça marche sans problème ! Gros pleurs de fatigue,
elle commençait à s'énerver... Plutôt que de la laisser "rater le train" de son sommeil, je l'ai mise en écharpe. Après je m'en suis voulue de pas avoir persisté, si ça marche le matin, je vois
pas pourquoi pas le soir... Moralité ? Elle a bien dormi, et depuis, elle a refait moult siestes dans son lit. Et pan, sur mon nez ! :p


Je crois que d'apprendre à oser répondre aux pleurs, c'est désapprendre l'idée qu'on va faire de son bébé une petite personne capricieuse. Mais ça vient, ça vient ! pour les pleurs de décharge,
j'ai comme l'impression qu'elle les égrenne au début de ses siestes, maintenant que je la mets au repos dès que je suis sûre qu'elle en a besoin. Ca me fait toujours râler, mais elle dort bien,
et elle continue de bien progresser, alors kipe coul ! Et du coup, pour ce qui est des rythmes et du sommeil, ben on dirait que comme ça, ça lui convient. Pis moi, ça me convient aussi, et puis D
car elle a un beau moment d'éveil le soir. Alors on va essayer de continuer comme ça... Jusqu'à ce que ça ne convinne plus à l'un de nous tris !


Pour les pleurs et les chouinements, on y vient !


Et en ce qui concerne la fin du billet, tu me connais assez pour savoir que je me pose toujours trop de questions... Mais j'apprends à faire avec (et ce blog est un bon exutoire), j'apprends...
Je t'embrasse fort fort et je réponds à ton mail dès que je peux ! :)