Je teste pour vous... Le parentage proximal !

Publié le 12 Janvier 2013

Bah oui, maternage, ça met de coté la moitié des personnes impliquées, donc je ne l'utiliserai pas, comme l'affreux "tomber enceinte". Non mais !

 

Avant la naissance de ma fille, et suite à tous les changements de point de vue que j'avais déjà opérés (cf ma note d'hier) , je pensais être une maman maternante. Je me suis donc procuré une écharpe (mon chéri est plus à l'aise en Manduca), j'ai pris un cours de portage, nous avons décidé de mettre notre lit dans la chambre de la Miss (l'inverse étant tout bonnement impossible du point de vue de l'espace) , nous avons pris ensemble - sur mon impulsion, car c'est mon corps- la décision de tenter un allaitement au lait maternel exclusivement pendant six mois (ce qui n'exclut pas de donner des bibs de mon lait, nous attendons d'ailleurs ça avec impatience- ah, dormir plus de deux heures trente d'affilée ! ), récupéré des couches lavables (même si sur ce point précis, c'est plus une question d'écologie et de budget que d'éducation, il me semble) ...

 

J'étais persuadée que "l'attachement parenting", c'était ce qu'il y avait de mieux pour ma fille.

 

Franchement, je pense que cela demande moins de persévérance et de détermination que la façon de faire diamétralement oposée, à base de transat, poussette, bib et "laisse-la pleurer !" .

 

Je pensais que je n'aurais aucun souci à respecter des consignes (laisser pleurer, imposer un rythme...) que je n'avais pas, puisque la seule règle de l'attachement parenting, il me semble, c'est de répondre aux demandes de son bébé.

 

Je ne dis pas que c'est facile pour autant, et c'est sûrement même moins confortable à long terme, quand on continue de porter ou d'allaiter un bambin parce qu'il en exprime le besoin, plutôt que de le "sevrer" de force pour retrouver sa vie d'avant. Mais je pense qu'on s'autorise à être plus instinctif, plus à l'écoute, et que c'est du coup plus simple à vivre, parce qu'on est moins dans le contrôle. Et vouloir contrôler le sommeil, la faim et les pleurs d'un petit d'un mois, c'est juste pas possible...

 

Et patatras...

 

Lors des premières crises de coliques de ma fille, j'ai passé des heures à essayer de la calmer dans son lit ou son cocoon, sans la prendre aux bras. Quitte à être quasi couchée dans le lit et à avoir mal au dos... J'étais tout bonnement incapable d'accepter l'idée que non, je n'allais pas en faire une enfant capricieuse. Je le disais, je l'entendais, je pensais en avoir des "preuves", mais je ne le ressentais pas... J'avais trop peur de mal faire. De faire de mon enfant, si cool et qui a l'air bien partie pour être indépendante, un pot de colle qui n'aurait aucune confiance en elle.

 

Et puis un soir, mon chéri m'a dit qu'il ne voyait pas la différence entre ce que je faisais et "laisser pleurer". Et il l'a prise aux bras... Je l'ai d'autant plus mal pris que justement, ça faisait une heure que je tentais de la calmer, et que je me disais que j'en souffrais, mais que ça allait finir par payer... Ceci dit, ça a eu le mérite de me faire réfléchir entre le décalage entre ce que je voulais faire (être là pour elle) et ce que je faisais (me torturer en me reprochant tout à tour de ne pas la consoler comme elle en avait besoin, et/ou de ne pas assumer ma façon d'essayer de la rendre indépendante.)

 

Mon chéri me disait "suis ton instinct", je répondais 'Insntinct maternel, mon cul !" . Je crois que je ne voulais surtout pas l'entendre, car l'instinct n'est pas une chose rationnalisable...

 

Et puis après avoir longuement parlé avec mon chéri, j'ai appris à prendre ma fille dans mes bras pour la consoler, et je me suis rendue compte qu'elle allait mieux, et moi avec. Je me sentais mieux de la voir apaisée, et de ne plus me culpabiliser. Il y a trois ou quatre soirs, une crise pire que les autres m'a poussée à la mettre en écharpe. Et pour la première fois depuis le début des coliques, je me suis sentie vraiment à l'aise. Je ne l'avais pas aux bras, je pouvais donc faire autre chose, je n'étais plus complètement centrée sur elle, tout en étant là pour elle. J'ai même demandé à D. de faire une photo, tellement j'étais bien...

 

Aujourd'hui, je lutte encore entre mon envie d'aider A. à trouver un rythme relativement régulier, en la baladant tous les jours à la même heure, ou sortir quand j'en ai envie, dans la limite de ce qui me paraît gérable et acceptable pour elle (évidemment, je ne vais pas sortir à midi si je n'y suis pas contrainte et qu'elle dort depuis dix minutes après quatre heures de pleurs...)

 

Finalement, je m'en rends compte en l'écrivant, c'est toute la différence entre faire d'elle le centre de ma vie ou lui permettre d'être avec moi/nous au centre de cette même vie...

 

Paradoxalement, je crois que les gens qui font de leur bébé le centre de leur vie afin de lui donner très tôt un rythme très clair font le choix de devoir s'adapter plus durement, mais moins longtemps. Je crois par exemple que c'est plus rapide de faire dormir seul un bébé en le laissant pleurer, mais ô combien plus dur... (Je parle pour le parent, je ne me hasarderai pas sur le terrain du bébé. J'ai une opinion, mais on verra à l'usage ! (Grosse bise à toi, Z.) ) Je crois que ces parents font ce choix pour eux en grande partie, car on ne peut jamais savoir ce qui est bon pour un enfant à long terme, ça serait trop simple... Et je ne vois pas en quoi on pourrait le leur reprocher !

 

Mais est-ce notre conception de l'éducation de notre fille, de la rendre docile, conciliante, facile à vivre ? Ou souhaitons nous qu'elle soit franche, honnète, exploratrice, quitte à ce qu'elle s'oppose à nos souhaits ?

 

Ma réponse est évidente (bien sûr, l'opinion de son père compte tout autant, mais il n'est pas là pour en témoigner "bloguesquement") mais de là à arriver à la mettre en pratique... A accepter de la laisser choisir à quel moment elle apprendra ceci ou cela*, cette petite personne qui a déjà décidé de ne pas venir au monde quand et comment on le souhaitait... (*toute référence à la méthode Montessori n'est probablement pas fortuite...)

 

-------------------------------------- 

 

Pour conclure, je souhaitais juste faire un parallèle, et une citation.

 

Mon chéri est un être plein de défauts (moi aussi, mais là encore, il ne prend pas la parole, alors je dis ce que je veux ! :P) . Pour autant, je ne cherche pas à le changer. Quand un comportement me blesse vraiment, je lui explique pourquoi, et en retour, il m'apprend à passer outre, ou, s'il peut, il essaie de faire gaffe. Pour autant, je n'ai jamais cherché à lui faire adopter ma façon de faire... Et c'est pour ça que je l'aime aussi. Entre autres pour son coté cigale, qui m'agace autant qu'il me permet de m'améliorer, moi qui ai souvent peur du lendemain... Et pour autant, je ne me dis pas qu'il va dilapider tout notre compte commun. Pourquoi en serait-il différemment avec ma fille ?

 

------------------------------------

 

La citation est issue de Dr House, série hautement plilosophique bien sûr... N'empèche, je trouve que ça sonne très juste ! Je n'en fais pas une sainte parole, bien sûr, on pourrait même débattre de ça pendant des heures ! Et je ne dis pas que les parents non maternants sont de mauvais parents. Mais je ne vais pas amender la réplique, sinon ça n'a plus de sens.

 

(A la mère (naine) d'une patiente, qui ne veut pas encourager sa fille à prendre des hormones de croissance.)


House : Vous êtes une mauvaise mère. Vous voulez que votre fille soit un monstre.
La mère : On est pas des monstres.
House : Vous voulez qu'elle triomphe de l'adversité ?
La mère : Oui !
House : Alors, ne vous arrêtez pas à la taille. Allez-y, crevez-lui un oeil ! Naine et borgne, ça devient intéressant.

 

J'espère que cette note ne heurtera personne, même si je souhaite qu'elle suscite le débat. Mais j'y ai déjà passé beaucoup de temps, et à force de précautions, elle a tendance à devenir illisible...

Rédigé par Apostille

Publié dans #Welcome to the real life !

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

charlinette 15/01/2013 21:38


nous aussi on fait comme Lila pour la télé ;-)


sinon, pour l'écharpe, le décolleté, le champ de vision toussa.... ici j'ai passé mon grand dans mon dos quand il avait 1 mois 1/2 et le 2nd, à 15 jours. Je le faisais exclusivement à la maison
pendant quelques mois car la position ventre me semblait plus sécurisante pour lui (et pour moi!) en extérieur! donc la vision était dégagée! (porté bien haut dans mon dos). Et là aussi, il se
débrouille pour voir (en tirant sur ton bras, en se dandinant etc...) et de nouveau, il "participe" à la vie, sans en etre au centre. Ici on adore :-D

Apostille 16/01/2013 11:02



Waouuu ! Ma fille a un mois et demi et j'ai encore du mal à la mettre en kangourou, alors dans le dos, pfiuuu, ça me paraît impossible ! Mais j'ai hâte d'apprendre !



Lila 15/01/2013 19:05


Alors nous on bétifie devant la télé, avec le magicien avec nous mais en faisant en sorte qu'il ne voit pas la télé. On est devenus des pros de "on met une chaise dans l'axe pour que le dossier
l'empêche de regarder" ou de "on le garde sur nos genoux dos à la télé". Le son n'a pas l'air de le déranger. Par contre, là il commence à se retourner, et je ne sais pas comment on fera quand il
pourra se déplacer... 

Apostille 16/01/2013 11:00



Ah ben je me sens moins seule... Comme j'aime pas trop quand même, on alterne ordi / télé (le plus souvent en VO du coup, même si je suis sûre qu'elle ne percute aps encore) / lecture. Mais je
n'osais pas trop en parler, de peur qu'on me dise que la télé, c'est vraiment craignos...



Lila 14/01/2013 23:31


Sur la question des rythmes, petit témoignage. Je me suis posé énormément de question sur les rythmes de sommeil quand le magicien avait deux mois. Parce qu'il ne s'endormait pas pour la nuit
avant 2h du matin. Et ça m'embêtait beaucoup. Comme toi, j'avais peur de ne pas réussir à la recaler, et même de lui créer une difficulté avec le rythme de sommeil à vie (oui, à cette époque là,
je me disais vraiment que ça pouvait avoir des conséquences pour sa vie entière). J'étais crevée. Et finalement j'en ai parlé à la psychologue de la PMI, et en discutant avec elle, je me suis
rendue compte que ce qui posait problème au final ce n'était pas vraiment le rytmhe en lui même qui convenait au magicien et pouvait me convenir si je m'adaptas un peu (parce que j'avais la
chance de ne pas reprendre le boulot tout de suite et donc de pouvoir m'adapter moi à son rythme) mais le fait que ça ne correspondait pas à l'image que je me faisais d'un bébé (qui est sensé
dormir tôt, donc si ce n'est pas le cas, c'est qu'il y a un "problème"). J'ai arrêté de m'en faire. Petit à petit, sans que je fasse rien et en le couchant que quand il montrait qu'il était
fatigué et prêt à dormir, il a changé ses horaires, pendant longtemps il se couchait vers 23h, à notre rythme (ça pour nous c'était bien pratique), maintenant il s'endort vers 21h-22h. Je pense
qu'il faut garder en tête qu'à cet âge là, les rythmes, s'il y en a, sont provisoires et peuvent changer du tout au tout quasiment du jour au lendemain. 

Apostille 15/01/2013 14:38



Merci pour ce témoignage, je m'y retrouve, surtout sur l'idée que c'est moi qui pense qu'un bébé doit dormir "tôt" ... Mais j'ai une question ultra-bête : à quoi vous passez vos soirées ? :P(Ps :
j'ai lu tes dernières notes, j'ai du mal à trouver le temps de commenter, mais super chouette votre organisation !)


Parce que la mettre avec nous dans le bureau en coupant le son de Diablo ça me va, ou dans une piède où on lit, mais des fois, on aimerait bêtifier devant la télé aussi ... Et là, pas moyen
qu'elle soit avec nous. Alors évidemment on s'adapte, on regarde les trucs en replay les jours où elle dort "tôt", mais vous, vous faisiez comment ?



charlinette 14/01/2013 22:24


il y a tellement d'échange dans nos commentaires, je ne suis plus par où commencer :-D


pour ta question sur le rv dentiste : ce que je ferai ds l'idéal avec mon bébé d'1 mois : j'irai avec mon homme et mon fils car je suis là si besoin de tétée et mon homme est là pour s'occuper de
bébé. DAns mon expérience, rv dentiste lorsque mon grand avait 3 semaines. Mon homme a préféré gardé bébé à la maison car en tout et pour tout je partais 1H.Conclusion, un bébé stressé et qui
s'est endormi apès 1/2h de pleurs, un homme stressé, désemparé et en perte de confiance... Pfff dc mauvaise expérience pour nous tous. Le dernier rv dentiste, j'ai emmené mes  2 enfants (!)
car mon homme indisponible et aucun souci ;-)


maintenant si toi tu as envie de partir seule 1 heure pour en profiter pour respirer, ben tires ton lait, ton homme aura de quoi réagir si besoin est ;-)


pfff j'ai encore envie de rebondir sur pleins de choses! 


sur la question des rythmes... ils changeront, ils évolueront, ce que vous penserez "acquis" sautera en éclat, c'est la seule certitude que j'ai! j'ai aussi rencontré des parents qui avaient
besoin de "rythmes" et qui donc rythmaient les tétées, les sorties, les différents moments de la journée parce que ça LEUR correspondait mieux. Et après tout pourquoi pas! c'est plus confortable
pour le parent car plus connu. Et c'est aussi plus rassurant! j'ai parfois du mal, moi, à saisir ce besoin de connaître un rythme ou pas car je ne pense juste pas du tout comme ça ;-) c'est comme
quand on me demande si ça me gène pas de ne pas savoir la quantité de lait ingéré par mon bébé (rapport à l'allaitement à la demande)... ben non au contraire! mais je reconnais que ça peut être
assez destabilisant. Autant j'ai besoin de controler pas mal de choses, autant pour ces choses là non ;-)


ce que je ressens en revanche en filigrane sur cette notion de rythme... un peu comme si vous aviez "peur" (mot peut etre un peu excessif) que si aujourd'hui elle n'acquiert pas de rythme, vous
etes foutu, elle n'en aura jamais! donc oui "pètes un coup" ... ahahahhh tu m'as bien fait rire :-D non plus sérieusement, ton bébé a "des rythmes" et non pas un seul ;-)


pour ce qui est de retrouver la vie "d'avant" bébé... heuuu ben je ne vois pas comment :-D non là aussi, en restant sérieuse, comme l'a dit Floh, tu peux en faire le deuil. Non pas que vous
n'aurez plus de moment en tant que couple mais que votre fille est là, née, donc forcément tout a changé! et rien à la fois car c'est une continuité. Là aussi, laisses le temps au temps...
patience! je connais aussi des amis qui dès le 1er mois de leur enfant sont partis en week end en amoureux, en laissant leur bébé aux grands parents... alors moi je m'interroge... oui je crois
que c'est important de rester un couple amoureux. Mais quand tu fais un bébé, il me semble que tu acceptes le "pack" (clin d'oeil!) : et que donc tu acceptes que ta vie change radicalement, au
moins pour un temps! pour autant, ici, on ne s'est jamais privé de soirée, restos ou autres car justement allaitement+écharpe, on était nomade (et léger!). donc on sortait mais pas SANS bébé,
juste impensable en particulier pour moi. Et puis quel impact sur l'enfant? MAIS les enfants grandissent et on s'organise du temps rien qu'à nous. Exemple, depuis septembre dernier, mon homme et
moi on va nagée 1 fois par semaine et donc on confie nos enfants en gros 2 h.... 2h rien qu'à nous! et cet été on pense se faire un week end (2 jours/1 nuit) en amoureux et l'année prochaine, au
printemps 2014, on va fêter nos 30 et 40 ans en partant une semaine à... New York... sans enfant! brefff tu vois ce que je veux dire je suppose ;-)


hummm ais je fait le tour de ce que je voulais dire??? pas si sure ;-)

Apostille 15/01/2013 14:54



Je vais demander à mon chéri ce qu'il en pense... Ceci dit, le dentiste est dans l'immeuble d'à coté, donc D. peut très bien ne venir que si la petite me réclame, ça prend 3 minutes ! J'ai aussi
préparé un petit pot de lait mais à force de tergiverser entre le DAL et le bib, ben on n'a rien... ^^


Il est possible que de créer un rythme plus ou moins régulier me corresponde mieux à moi. Bien sûr que ça me rassure, j'ai l'impression d'aider ma puce à comprendre comment ça se passe chez nous,
et comment elle peut en tirer profit. Par exemple, quand elle se réveille à 8h, je suis fraîche et dispose pour lui donner son bain et jouer avec elle et le linge (elle trouve ça fascinant.) Si
elle émerge à 6h30, ben je suis beaucoup moins fun ! Mais tant qu'elle n'a pas l'air de s'en plaindre, ou que je ne ressens pas que ça pose un problème (par exemple si elle se met à pleurer tous
les soirs sans qu'on ne puisse rien faire), j'assume. Et son père me soutient d'autant plus que ça lui permet d'espérer profiter de ses nuits à
peu près jusqu'au bout (et pas jusqu'à 6h30) et de sa fille entre 8 et 9 et le soir. Si ça rate, pas grave, on continue à proposer le massage avant la tétée qui est la plus proche de la nuit pour
la détendre, et si elle ne s'endort pas après la tétée, ben on la garde avec nous ! On n'a pas "peur" pour plus tard, mais on se dit que si on peut arriver à se débarrasser de ce problème avec un
tout petit peu d'organisation, du moins provisoirement, ça vaut le coup de tenter !


Et je n'ai jamais parlé de retrouver ma vie d'avant ! :) Sérieux, je ne le rends pas, mon mini-cupcake ! Mais si à force de persévérance on arrive à avoir un moment à nous entre 21h et minuit de
temps en temps, on sera contents... Hors de question pour ça de laisser pleurer notre fille, ou de lui imposer un coucher à 21h et de la laisser dans le noir après, parce qu'on a décidé que c'est
l'heure. Mais je reste persuadée que si on trouve la bonne "séquence" (massage + tétée, par exemple) au bon moment, ça ne peut qu'être bénéfique pour tous.


Il est largement possible qu'on se gourre, mais on a décidé de tenter le coup une ou deux semaines pour voir, alors on va voir ! :p



Floh 14/01/2013 17:36


Mais ta fille n'a pour l'instant absolument pas besoin de voir autre chose que ton décolleté ;) ;) J'entends par là que ce dont elle a besoin, c'est de contact, contact et contact. Ne t'inquiète
pas, elle saura paaaaarfaitement te dire/montrer qu'elle en a marre de ton déolleté, elle se mettra à pousser sur ses bras, ses jambes, et à regarder partout, et là tu sauras qu'il faudra changer
de position en écharpe ;) Je suis comme Charlinette, je n'ai imposé aucun, aucun rythme au départ, parce que c'était aussi un besoin fondamental pour moi, de me sentir libre d'aller et venir et
faire ce que je voulais en ayant ma fille. Du coup je l'ai habituée à l'écharpe, je pouvais sortir, aller au resto, il y avait plus de difficultés avec la voiture et le cosy mais ça, ça lui était
propre et c'est venu progressivement, comme avec le transat.
Je sais que c'est la période et que tu te poses énormément de questions, mais oui réellement, si tu y arrives, essaye de prendre un peu de distance, dans la mesure où actuellement justement, elle
n'a pas besoin du tout du tout de rythme! Que tu cherches à plus ou moins la solliciter selon les tranches horaires, c'est une idée, mais ne va pas au-delà. Par exemple la salle de bain, vous
pouvez envisager de lui donner le bain avec une lumière plus tamisée (bougies?) si tu te rends compte que par exemple ça peut l'aider à s'endormir parce que le bain "fatigue" un petit aussi. Mais
sinon, le lui donner le matin est tout à fait envisageable également...


Ensuite je vais te dire un truc pas sympa du tout, mais autant le savoir de suite ;) Ta vie n'est pas du tout partie pour être la même qu'avant 9 mois. Déjà, elle ne sera plus jamais pareil,
c'est certain. Mais surtout là maintenant, je crois qu'il vaut mieux que tu acceptes l'idée que ce sera un peu plus difficile et compliqué d'avoir du temps avec ton homme et tranquille, plutôt
que de te crisper à l'idée que ça te manque. Je te le dis parce que je l'ai fait, ressenti, et que c'est plus douloureux que payant. Je ne dis pas que c'est impossible, ça dépend aussi du bébé.
Mais là, tu vis des premiers mois où à la rigueur ce n'est pas forcément impossible, parce que ton bébé dort et mange et n'a guère besoin de plus que de présence. Peu à peu elle va s'éveiller,
avoir des phases d'éveil plus grandes, plus de sollicitations, plus de réactions aussi, et il faudra encore plus de présence, de temps....Alors oui, la vie à deux va être différente, et beaucoup
tourner autour de ce petit être ;) Rien de définitif et péremptoire, mais je préfère t'y préparer un peu ;)


Mais sincèrement, tu donnes l'impression (légitime et compréhensible) de vouloir lui offrir un rythme, c'est tout à ton honneur, mais prépare-toi à l'idée qu'il vole en éclats plus d'une fois ;)
Et pour les tétées, c'est pareil. C'est de la tétée à la demande, qui a ceci de génial qu'au moins tu n'as pas besoin de te prendre la tête sur les biberons et les quantités, mais de contraignant
sur le fait que oui, d'un jour à l'autre, tout peut changer et être bouleversé...
Pour ton rendez-vous chez le dentiste, comment ça se passe? Tu y vas avec elle, ou ton homme la garde? Si tu as quelqu'un qui t'accompagne, l'idéal serait que vous y alliez ensemble. Si elle est
réveillée dans la salle d'attente, tu lui proposes le sein juste avant le rendez-vous, histoire de la "caler" et même si elle ne demande pas. SI elle dort, laisse-la dormir et si elle crie
pendant le rendez-vous, voir peut-être avec ton dentiste si c'est envisageable d'interrompre le rendez-vous. Après,si c'est son père et s'il le sent, il peut aussi aller faire un tour avec elle,
bien souvent les enfants sont bieeeeeeeen plus cool et zen avec le papa quand celui-ci s'éloigne de la maman, histoire que le bébé ne la sente pas et ne réclame pas une tétée réconfort (s'il n'a
pas faim).
Et enfin, je ne comprends pas très bien pourquoi tu ne lui donnes pas une tétée plutôt que de lui donner le doigt si elle pleure, s'énerve et veut s'endormir? Est-ce que téter l'endort et
l'apaise? Si c'est le cas, autant lui donner le sein peut-être? Même si elle n'a pas très faim, elle prendra ce qui lui faut pour se rassurer, et s'apaiser, qu'en penses-tu?

Apostille 15/01/2013 14:34



Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit ... :P Je n'impose rien, il y a juste un jour et une nuit à peu près fixés. Franchement, tu jouais avec E. à la demande à 3h du mat' ? Si oui, je
t'admire, moi à 3h du mat je n'ai qu'une seule envie/besoin, dormir. Si A. a besoin de mes bras, elle y a droit tant qu'elle veut. Mais je ne la stimule pas. Et pour le bain, clairement, on a
opté pour le matin. J'ai l'impression à ta lecture et à celle de Charlinette que je me suis super mal exprimée : je ne la réveille pas, je ne lui propose pas le sein quand elle ne le demande pas.
Donc je fais à la demande...* Mais j'ai l'impression qu'elle, elle a un rythme bien précis, alors j'essaie d'en tirer parti ! Quant à passer des moments en amoureux, on avait conscience avant sa
naissance que ça ne serait pas simple, et c'est tout à fait gérable. Mais si permettre à ma fille de se repérer dans ses journées et de faire des nuits plus ou moins régulières (en ce moment, on
oscille entre 21h30/6h30 et 23h/8h, avec 2 tétées de nuit) ça l'aide à faire de vraies nuits plus tôt, et ça nous permet à nous de vivre, je vois pas le mal à essayer de mettre ça en place.
Encore une fois, sans la forcer à rien, en profitant juste de son penchant naturel ! Après, chaque personne fait comme elle veut/peut, en fonction de ses contraintes, envies, et de son bébé !


* Je lui ai donné le doigt car je savais que c'était une tétée-dodo, puisqu'à 1h30 du repas précédent et du suivant. Je voulais voir si ça marchait, et ça permettait du coup de garder le rythme
de ses "boires"... Et je confirme ! Je suis encore partagée j'avoue, je ne sais pas si c'est une super idée, mais si elle n'a besoin que de sucion, pourquoi pas ...? Comme ça, le jour où
elle saura sucer son pouce, elle saura quand elle a besoin de moi ou quand elle peut se satisfaire seule... A voir !


Quant à l'écharpe, je débute donc j'ai encore un peu de mal à sortir dans le vrai monde... En tout cas, dès que je ne suis plus à pied / en transport, car ça impose de mette et d'enlever
l'écharpe souvent (pour la passer dans le siège auto), et dehors. Et avec le manteau de portage, l'inconvénient c'est que A. est relativement peu couverte... Donc la sortir de la voiture comme ça
puis la mettre en écharpe, no way. Je n'aime toukours pas les poussettes, mais on envisage peut-être l'achat d'une nacelle pour les sorties où l'écharpe n'est pas très très adaptée (je pense au
restau, mais tu as l'air de dire que ça se gère, on fait un teste demain et je te dis ! ). Et pour mon décolleté, tu sais à quel point je respecte toutes les manières de faire, mais moi, quand je
vois ma fille s'extasier une heure sur la fenêtre, je n'ai pas envie de "la priver" (à prendre avec plein de guillemets). Je pense ne pas inventer son envie de "jouer" de cette façon, puisqu'elle
râle si je la tourne autrement ! Mais tous les bébés ne sont pas pareils, et ils ne sont même pas pareils du jour au lendemain... Si demain elle demande les bras toute la journée, je serai là !


Pour le dentiste, A. a tendance à être réveillée vers 9h et j'ai RV à 9h30, donc je lui proposerai peut-être le tétou avant de partir puisque c'est à 5 minutes...



charlinette 14/01/2013 15:23


moi je dirais que j'ai beaucoup bougé avec mon 1er (car y'en avait qu'1 et pas encore de rythme très figé tel que le travail ou l'école).... comme il dormait tout le temps ou presque sur moi et
que je l'allaitais à la demande, je sortais quand je voulais et hop mise au sein si faim/fatigue/besoin de réassurance et sinon hop ds l'écharpe ou le boba quand sommeil... je me sentais hyper
libre, tout en respectant les besoins de base de mon fils :-D


bon 2 enfants et le 1er à l'école, je me sens moins libre mais ça c'est parce que à 11h30 je récupère le grand alors forcément ça organise ta journée!


sinon, comme Floh, j'avais pas rebondi dessus mais des ryhmes ta fille va en avoir pleins alors souffles un coup ;-)

Apostille 14/01/2013 15:37



Ben tiens, puisque tu es là, j'ai une question débile. J'ai RV chez la dentiste mercredi. Normalement, ça serait passé pile ente deux tétées, mais avec ce nouveau rythme, je suis pas sûre... Je
n'ai pas très envie de réveiller ma puce avant de partir, mais si elle se réveille en mon absence et qu'elle a faim? (J'en ai pour une heure au grand grand max, mais...) Je me vois mal l'allaiter
sur le fauteuil ! Et toi, comment tu gères pour être dispo à 11h30 ?


Sinon, je repose la question idiote que j'ai esquissée avec Floh, si tu portais ton 1er tout le temps, tu n'avais pas peur qu'il s'ennuie à ne rien voir ?


Ta dernière phrase, ça sonne comme "pète un coup", je reconnais que je suis un peu rigide ! :D



Floh 13/01/2013 22:38


Bon il faut bien que je me décide à le commenter ce billet ultra intéressant....Mais chaque fois que je veux m'y mettre, un nouveau commentaire intéressant arrive, et si ça continue comme ça, je
vais te faire un roman (je suis d'ailleurs partie pour).

Déjà juste pour rebondir sur ce que tu réponds à Lila, vraiment, essaye de ne pas te prendre la tête sur les rythmes actuels de ta fille et son endormissement!!! Je sais que c'est facile à dire
et moins à recevoir quand on est "dedans", mais vraiment, elle est toute toute petite, et crois-moi, elle va changer de rythme encore des dizaines de fois!! Mon amie Florence, que tu connais, m'a
dit et répété qu'on ne "cale" pas un enfant sur un rythme avant des mois (en tout cas plus tard que l'âge actuel de ta puce ;)) et là, tu es dans la période où réellement, l'important est de
faire "le moins pire" à défaut du mieux pour toi (l'expression est également de Florence et vraiment, elle me paraît excellente!) Pour l'instant, votre fille a besoin de votre présence pour
s'endormir, et c'est ainsi que vous pouvez le faire, pour votre bien et le sien. Et d'un coup un soir, ça va changer, tu ne comprendras pas pourquoi, et il faudra à nouveau tâtonner pour voir ce
qui lui convient. Les enfants ont tellement souvent des kilomètres d'avance sur nous, et il faut perpétuellement arriver à trouver le bon équilibre.


Sinon que te dire? On rejoint (et tu le dis toi-même!) ton fameux billet sur les principes ;) Ta fille (via ton homme, et en ça ils sont vraiment précieux à cette période parce qu'ils ont plus de
distance émotionnelle que nous, ils sont différemment impliqués) t'a fait comprendre que ce sont actuellement les bras dont elle a besoin. Tu vois, lorsque la mienne était en crise de coliques,
tout le monde me disait "mets-la en écharpe, c'est souvent comme ça qu'on les soulage", or non, ce n'était pas le cas. Typiquement la mienne avait besoin des bras, et de "changer de position"
pendant toute la crise. L'écharpe lui convenait à merveille, mais en-dehors des crises (et espaçait les crises aussi). Il a fallu qu'on tâtonne pour comprendre.


Une fois de plus, je ne peux qu'approuver pleinement tout ce qu'a dit Charlinette. Ne crains vraiment, vraiment pas sur le côté "potentiellement capricieux" de ta fille si tu l'as tout le temps
dans les bras! A son âge, la seule chose qui compte, c'est sa réassurance, et les bras, l'écharpe sont l'idéal absolus pour cela. Leur proximité, qu'ils retrouvent notre odeur à nous, qu'ils se
sentent entourés, physiquement et mentalement....
Oui c'est difficile de parfois se sentir jugés. Moi aussi, j'ai eu (et j'ai encore) à essuyer des remarques familiales sur notre façon de faire, sur le fait qu'on répondait trop aux
sollicitations de notre fille, qu'on l'avait trop dans les bras, qu'on allait en faire une petite fille insupportable. Ca m'énerve plus ou moins selon la façon dont on me le dit et surtout qui me
le dit. Soit j'essaye d'expliquer, soit je réponds assez brusquement en disant "ben rendez-vous dans quelques mois ou 1 ou 2 ans et vous verrez bien" ou même en expliquant que c'est notre choix
et qu'un choix éducatif n'a pas à être justifié...


Je pense qu'en ces moments difficiles pour vous, faits de fatigue, de doutes, d'interrogations, il faut que vous vous fassiez confiance, à vous et personne d'autre. Que tu t'appuies sur ton
amoureux et sur ses suggestions lorsque tu te sens dépassée. Et que vous n'ayez qu'une seule priorité: que votre petite fille se sente le mieux possible. Que cela passe par le cododo et le
portage ou pas, peu importe. Allaitement ou biberon, qu'importe ;) Et les autres peuvent toujours dire ce qu'ils veulent, et nous on peut vous inonder de conseils, mais il n'y a que vous qui
trancherez et déciderez ce qui est le mieux pour elle, et pour vous ;)


Pour finir sur un clin d'oeil, je n'aime pas non plus la notion de "pack", parce que là encore, on fait ce qu'on peut avec tous les outils qui nous sont proposés. Et tu vois, en ce qui me
concerne, même si j'ai mis du temps à l'utiliser, comme je te l'avais dit, parce que je la trouvais très petite, le transat m'a énormément aidée. Quand j'étais trop épuisée (douleurs physiques,
courbatures) pour la porter, il m'est arrivé de la poser en la gardant tout près de moi. Elle détestait ça au début, puis s'y est finalement et progressivement habituée. Je n'en ai jamais abusé,
parce que je déteste de toute façon la laisser trop longtemps là-dessus (et elle n'aime pas ça non plus), mais c'est aussi un moyen d'éveil et elle a toujours adoré se balancer (toute seule en
battant des jambes, et en plus ça l'aidait pour les coliques). Et pour moi, un transat ne fait pas partie du pack "anti-parental" si on peut appeler ça, aussi horrible que ce soit :p


(Et juste pour en remettre une couche, je viens de voir ta dernière réponse à Charlinette: mais tu essayes de rythmer les tétées? Ma fille n'a jamais, jamais eu de rythmes dans ses tétées, et
encore aujourd'hui à presque 6 mois, c'est l'anarchie la plus absolue, même si parfois je distinguais un certain rythme. A l'âge de ta puce, elle peut avoir besoin de téter plusieurs fois entre
14H et 17H, ou alors pas du tout, donc ne te prends pas la tête, si elle se réveille à 15H pour une fois, tu lui proposes le sein, si elle ne veut pas elle ne prendra pas, sinon elle prendra ;)
De même, si en pleine balade elle a envie, à moins que tu ne sois pas à l'aise à l'idée d'allaiter à l'extérieur, n'hésite pas à la nourrir, même si c'est ok, un peu galère de sortir et remettre
l'écharpe....Charlinette va entièrement dans mon sens, je n'ai pas voulu sortir les 9 mois parce que je n'ai pas encore expérimenté personnellement, mais on m'avait également donné cet âge pour
avoir un semblant de rythme, sommeil et autre....Et tant de choses peuvent changer, il suffit qu'elle soit un peu indisposée, qu'elle te sente un peu stressée, et tu verras en général, les bébés
allaités cherchent à se rassurer en demandant le sein. Sans parler des crises de croissance...donc là encore, fais au mieux pour toi, et pour elle, sans regarder ta montre si tu le peux ;) )


Aller promis, je m'arrête là. Je t'embrasse et tu as mon numéro de téléphone, n'hésite pas si tu ressens le besoin de parler, ce sera avec plaisir...

Apostille 14/01/2013 11:14



Je suis dégoutée, j'ai passé une demi-heure à faire une réponse qui ne s'est pas publiée.. Je reprends puisque ma Miss dort !


Pour l'endormissement, hier, ça a  été comme sur des roulettes vers 21h, mais elle a fait tellement n'importe quoi par rapport à ses habitudes que je ne sais pas du tout comment ça va
évoluer aujourd'hui ! :) Après en avoir longuement parlé avec son père (qui ne se pose pas autant de questions, évidemment, ce qui tour à tour me rassure et me fout en boule quand je me sens
totalement paumée) , on a +- décidé des horaires de la journée (= lumière, bruit normal, "jeu") et de la nuit (=peu de lumière, peu de bruit, des câlins à volonté mais rien qui ne soit fait pour
la stimuler) . Et on a essayé de trouver l'ordre des rituels qui lui convient le mieux. Par exemple, elle adoooore notre salle de bains, qui est très lumineuse, elle regarde partout, donc le bain
le soir, c'est complétement à coté de la plaque pour la calmer. On va essayer de se tenir à peu près à ça (en l'adaptant aux horaires farfelus qu'elle va choisir :P ) pendant un petit moment et
de voir si ça a l'air de lui convenir.


Pour ses tétées, je n'impose rien. J'ai remarqué qu'elle se cale toute seule sur 2-5-8-11 neuf jours sur dix, donc j'essayais de l'encourager à continuer. Surtout qu'elle me semblait plsu
détendue et plus en forme que quand elle est réveillée à 18h par exemple, qu'elle voudrait dormir et qu'elle est trop énervée pour y arriver. Et donc, qu'elle pleure. (Ce que j'essaie d'éviter,
entre autres pour la raison purement égoïste que ça me fend le coeur). J'avoue l'avoir arnaquée deux jours en jouant la montre ou en proposant le doigt quand elle demandait ce que je savais être
une tétée-dodo. Mais comme je disais à Charlinette, on aborde le 3e jour où elle a l'air de vouloir se décaler comme ça, donc, je vais laisser faire et voir. Même si j'étais d'un avis différent à
6h30 ce matin :P De toute façon, je peux pas faire autrement, elle finira bien par ne plus manger toutes les 3h!


Pour l'écharpe, je fais à la demande. Ca ne me gène pas de la poser dans son cocon, je ne suis jamais loin, et elle a l'air d'aimer ça. Moi ça me permet de faire ce que je veux et qui est un peu
dur avec l'écharpe, et je me sens bien. Après, si elle réclame du contact, je la mets volontiers dedans, ou je la prends aux bras histoire de changer, suivant ce que je fais (c'est con mais dans
l'écharpe elle ne voit que mon décolleté, qu'elle connaît déjà par coeur, j'ai peur qu'elle s'ennuie à force de compter mes grains de beauté !)


Quant aux remarques familiales, on s'habitue, ou pas... Mais c'est dur de s'en affranchir quand tout le monde est persuadé qu'élever un enfant, c'est comme un jeu vidéo, une suite d'étapes à
franchir : dormir à l'heure, dormir en étant bercé, dormir seul... Puis il faut avouer la vérité, c'est tellement plus rassurant de penser comme ça, de façon linéaire, que c'est dur de faire une
croix dessus. En tout cas, c'est moins flippant que de se dire qu'on met un truc en place qui va marcher un temps, et puis qu'un jour il faudra tout recommencer... Hein Floh ? :p 


Surtout que je veux bien essayer de prendre le temps nécessaire à ma puce, mais oui, égoïstement, j'aimerais qu'on trouve un rythme à peu près compatible avec notre vie avant neuf mois... Pour
qu'elle profite de son père, et même de moi, qui suis plus encline à lui proposer "des activités" (pour le moment, ça se limite à la mettre sur le ventre, à danser ou à la découverte des
fenêtres) à 8h qu'à 5 !


On en parlait hier soir avec D, au final, j'ai l'impression que de ne pas du tout essayer de lui doner un semblant de rythme, ça fait aussi partie du "pack". Et cette partie ne nous convient pas
franchement. On va suivre notre envie (savant mélange d'instinct et de réflexion :P ) et  on verra !



charlinette 13/01/2013 22:00


ahhh et au fait, une phrase "toute faite" qu'il m'arrive de prononcer :-D
"pour pouvoir se détacher, faut d'abord être bien attaché. si pas d'attache, rien à détacher" ;-) 

Apostille 14/01/2013 09:06



Hihi... Ceci dit mon esprit chagrin te répondrait que quand on se détache, ça peut faire mal...


Mais je comprends l'idée !


(PS : oublié de répondre : si je n'envisage pas une naissance plus conforme à nos attentes, c'est juste parce qu'à priori, on n'envisage pas d'avoir d'autre enfant !)



charlinette 13/01/2013 20:12


là où je te rejoins tout à fait c'est l'importance de ce que je nommerai plus rituels que rythmes à savoir le bain toujours le soir, avant le coucher par exemple... ça c'est sur que ça l'aide à
construire ses repères temporels! et d'une façon générale, garder une certaine "continuité" dans les soins quotidiens lui permet de se rassurer oui. Je m'interrogeais plus sur l'intérêt d'une
sieste de telle heure à telle heure ;-)


finalement on se rejoint bien ;-)

Apostille 14/01/2013 09:26



Peut être pas tout à fait... J'ai quand même plutôt tendance à essayer de trouver comment maintenir des horaires réguliers. Par exemple, hier, elle a complétement chamboulé son rythme d'une heure
trente (les deux jours d'avant j'avais plus ou moins réussi à l'arnaquer, en jouant la montre au change, ou en proposant un tétou à l'heure habituelle). Du coup, lorsqu'elle a pleuré ce matin à
5h pour avoir un câlin, j'aurais voulu lui proposer le sein (mais c'est pas moi qui me suis levée ! :p) pour qu'elle rechope son fameux 5-8-11-2 (ses heures habituelles.)


En même temps, ça fait trois jours qu'elle se décale comme ça d'une heure trente, elle le fait peut-être "exprès " ? Ca lui va peut-être mieux comme ça ? On va la suivre et on verra ! (Même si je
préfère qu'elle émerge à 8h qu'à 6h30, à titre personnel ^^)



charlinette 13/01/2013 15:00


une question... qu'est ce qui t'oblige à lui créer un rythme quotidien avec tétées et siestes à la même heure (ou presque)? tu reprends le boulot bientôt? ça te rassure? parce que bébé, pour peu
que tu l'écoutes, finira toujours par "avoir un rythme"... et pour les nuits, tu as ta réponse non? ;-)


ici mon grand a pris un vrai rythme avec siestes vraiment régulières et rallongés vers 9 mois quand il a commencé à être confié à sa nounou.... et sans AUCUN heurt particulier. 


Mon petit, très très vite, genre depuis ses 1 mois est couché en même temps que son frère (parce que son sommeil n'était pas loin et beaucoup parce que ça NOUS arrangeait parent, sans avoir l"air
de le gêner) et son rythme de sieste journalière s'est installé depuis en gros septembre (dc ses ... 9 mois!).


autour de moi, j'ai des amis proches qui dès le début ont fait en sorte de coucher leur enfant dans SON lit, qu'il s'endorme dans SON lit même si présence/chansons puis départ des parents. De
l'extérieur, je trouvais ça assez prise de tête en fait. COnclusion, ça a été super pendant quelques mois puis l'âge des 2 ans, d'une nouvelle garde, des cauchemars, ça fait des mois qu'il ne
s'endort qu'accompagné de ses parents (ce qu'ils font volontiers). Tout ça pour dire que oui c bien pour les bébés de savoir s'endormir seuls, car oui, à un moment donné ils auront les
ressources... mais est ce qu'on leur apprend? ou est ce qu'il y arrive simplement le jour où ils sont prêts, sans les "conditionner"? (même exemple avec l'acquisition de la continence... tu peux
en tant que parent estimé que là ok ton gamin a 2 ans 1/2 et que bon faudrait enlever la couche mais si lui n'est pas prêt, au mieux tu le conditionnes à aller aux WC à tel et tel moment, au
pire, tu le bloques en faisant pression.)


nos enfants feront les choses quand ils seront prêts car ils ont un mouvement naturel de progression, de découverte... et à nous parents de savoir voir si là on porte en écharpe pour SE faire
plaisir exclusivement alors que bébé manifeste d'aller jouer sur son tapis ou si on porte car là manifestement il est juste bien contre nous... (marche avec tous les exemples de la vie
quotidienne!)


ah et enfin... ma sainte sage femme m'a toujours dit qu"avant 3 mois l'enfant ne savait PAS s'endormir seul (ou exceptionnellement) et que le sommeil adulte se pointe pour en gros leur 3 ans...
ça permet de relativiser ;-)


 

Apostille 13/01/2013 16:43



Bonjour !


En fait, rien de m'oblige à essayer d'avoir un rythme régulier, sauf qu'on aimerait qu'elle puisse profiter de son père qui est absent entre 9 et 18h. Mais j'ai l'impression que ça lui vient
assez naturellement, alors je me dis que tant qu'à faire, si je peux l'encourager... Hors de question de la réveiller pour autant, ou de retarder une tétée alors qu'elle a faim. Mais je me dis
que si je fais toujours +- le bain ou la balade dans la même tranche horaire (tranches horaires à peu près régulières dictées par ses tétées), ça l'aidera à se repérer. Le reste du temps, je la
couche si elle se rendort, je la laisse face à la fenètre si elle en manifeste l'envie, ou je "joue" avec elle, c'est selon ce que j'ai l'impression qu'elle désire, sauf entre la TT de 14 et
celle de 17 où on sort tous les jours. Soit juste pour le plaisir de sortir (et la vitamine D ^^) , soit pour que moi, je puisse aller là où j'ai envie ! J'avoue que oui, ça me rassure, parce que
je suis moins naze qu'au début, apr exemple, quand elle faisait sa période d'éveil à 2h du mat !


Et puis, hier, on a eu un gros épisode de pleurs du soir, et j'ai lu que pouvait la rassurer d'avoir des journées qui se déroulent à peu près sur le même plan. Info ou intox ?


Ceci dit et pour te faire rigoler, A. vient de se réveiller de sa sieste matinale. Normalement, elle se réveille TOUJOURS à 14h, et là, ben 15h15... Evidemment, ça me plonge dans des abymes de
perplexité : lui proposer un tétou à 17h, son heure habituelle ? Ou la laisser voir ? Ou la laisser voir pour la journée et lui proposer le tétou de début de nuit, celui de 20h ?


Comme quoi, ce qui marche un jour peut être tout à fait obsolète le lendemain... Wait n'see !



Lila 13/01/2013 10:57


J'ai du mal avec l'expression "parentage proximal". Bon, comme tu le soulignes, au moins on intègre le père, c'est déjà mieux que maternage. Mais cette expression renvoie souvent (pas ici,
heureusement) à un "pack" à prendre et une liste de chose à ne SURTOUT pas faire. Si on a pas tout le pack, on est quoi ? Un parent pas proche de son enfant ? Personnellement, je ne laisse
pas pleurer mon fils, il a passé plusieurs moins dans notre chambre, je le porte en écharpe... et je le nourris avec du lait en poudre, il a un transat, une poussette (et d'ailleurs, je crois
qu'il préfère la poussette à l'écharpe...fils indigne ^^)... 


Par exemple, je tique un peu sur ta phrase "je crois que ces parents font ce choix pour eux en grande partie". Je pense que TOUS les parents, quelques soient leurs choix éducatifs, cherchent à
faire ce qu'ils pensent être le mieux pour leur enfant. 


 


Maintenant, petite partie témoignage personnel :


Pour ce qui est des douleurs, il m'a toujours paru évident de le prendre dans mes bras. Quand il avait mal au ventre, et maintenant les dents semblent se profiler... Là je me dis qu'il a besoin
du contact avec ses parents parce qu'il a mal. 


Le reste du temps, j'essaye par contre de lui donner certaines habitudes, comme s'endormir dans son lit, passer du temps seul sur son tapis, ne pas trop avoir recours à la tétine... Mais sans
nous mettre la pression. Je ne suis pas dans l'idée "c'est comme ça et pas autrement", mais plutôt "on essaye, si ça marche pas tant pis, on fera autrement, et ça marchera peut être demain". Pour
l'endormissement, par exemple, on essaie de l'endormir sans qu'il soit dans les bras. Ca peut être seul dans son lit, avec sa tétine, avec un lange sur la tête, en le berçant dans le transat
(technique de mon homme), allongé à côté de lui, sur notre lit, en chantant des chansons (ma technique du moment, je le passe dans son lit quand il dort, ça évite de se casser le dos justement).
Mais si on voit que ça ne marche pas, qu'il a besoin des bras, on ne cherche pas à lutter ou à imposer, on le prend. Vers ses 3 mois 1/2-4 mois, il a eu besoin des bras à chaque fois qu'il
s'endormait, sinon il hurlait. Mais j'ai continué le "je te pose dans ton lit, je chante, ah, tu as besoin des bras, ok", et au bout d'un moment le lit lui a suffi et il n'a plus demandé les
bras. 


Sur le fond, je pense que c'est lui apporter quelque chose à lui, je pense que la possibilité d'apprendre petit à petit à s'endormir seul, c'est quelque chose de précieux. Et c'est aussi, je
pense, le mieux pour notre équilibre à tous les trois (tu sais que le mot "équilibre" est mon principal guide en ce moment). 

Apostille 13/01/2013 12:27



Effectivement, ça renvoie à un "pack" (j'ai croisé cette idée récemment sur le forum dont tu m'as parlé, je reconnais que c'est juste !) Et moi non plus, je ne prends pas tout le pack ! Là, ma
fille dort dans son cocon, elle ne réclame rien d'autre pour sa sieste du matin, donc je ne vois pas au nom de quoi je lui imposerai d'être en écharpe. Parce que pour moi, le parentage proximal,
c'est répondre aux demandes exprimées, mais ne pas en créer qui n'existent pas... (Même si je l'use à force de la bisouiller, ce qu'elle ne réclame pas encore.). Nous sommes des être hybrides,
faut croire (la course au parent proximal parfait, c'est comme la course à la poussette la plus grosse, la plus légère, la plus "mode"...)


En revanche, je ne crois pas que tous les parents fassent toujours ce qu'ils pensent être le mieux pour leur enfant. Ou alors, ça sert d'argument-excuse ou d'argument complémentaire à la vérité
vraie. Par exemple, un de mes collègues a un jour laissé son fils pleurer plus de deux heures parce qu'il avait fait tomber sa tétine hors du lit, où il ne pouvait pas l'atteindre, parce qu'il en
avait marre de se lever pour la lui rendre. Bien sûr, il dit qu'il l'a aidé à se passer de sucette, mais il aurait pu faire autrement ! Et quand je prends ma fille en écharpe pour ses coliques,
je fais un mix entre ce qui est le mieux pour elle (être contre quelqu'un qui l'aime) et ce qui est le mieux pour moi, à savoir avoir les bras libres et vaquer à mes occupations. Alors que
peut-être elle préfererait un massage ? Mais j'assume ! Etre un parent présent, mais qui ne se sent pas esclave de son bébé, rester une personne, c'est pas aussi un truc à offrir à son enfant ?
Par exemple, tu utilises du lait en poudre. Je trouve que tu as tout à fait raison si c'est comme ça que tu le sens ! Il vaut mieux un bib donné volontiers qu'une tétée où tu ne te sens pas à
l'aise... (A moins que ça ne t'aie été imposé par un problème d'allaitement, auquel cas j'en suis navrée pour toi)


Pour l'endormissement, on galère un peu ici en ce moment, le soir. (Les fameux pleurs du soir). Quand A. ne dort pas, D. préfère la prendre avec nous devant les pc ou au salon. Et honnètement,
c'est surtout pour faire autre chose de sa vie que boulot / bébé. Moi, je suis plutôt pour essayer de la bercer dans sa chambre tant qu'elle ne dort pas, pour l'habituer, quitte à ne plus avoir
de vie un temps. Parce que j'ai peur de ne pas arriver à l'aider à "se recaler" quand il faudra (parce que du coup, elle commence sa "période de nuit" à 23h). Sauf qu'à la bercer dans sa chambre,
malgré nos bras, elle pleure, voire elle s'excite et "rate le train" de 23h. Et là, on est partis pour une nuit hard, des tétées-câlin à la pelle, et le lendemain, ses horaires sont en vrac et
elle est bougon. Alors que posée avec nous, elle s'endort sans avoir besoin des bras, tranquille, et surtout, toujours à 23h.


Du coup, j'osais pas trop tenter de la bercer jusqu'à XX heures, puis la prendre avec nous si elle dort toujours pas, par peur qu'elle finisse par toujours refuser de s'endormir dans la chambre
pour rester avec nous. Malgré le fait que j'aie lu un truc sur la méthode Montessori récemment, et que je me dise que là, elle met toute son énergie à choper un rythme régulier, qu'il faut
l'accompagner (donc en lui permettant d'être dans les meilleures conditions possibles pour son dodo à 23h) , et que le reste suivra qd elle sera prête.


Ton anecdote ( j'ai continué le "je te pose dans ton lit, je chante, ah, tu as besoin des bras, ok", et au bout d'un moment le lit lui a suffi et il n'a plus demandé les bras. ) me
rassure... Peut-être que contrairement à tout ce qu'on a appris à la génération de nos parents, le fait que le Magicien sache qu'il peut compter sur tes bras ni nécessaire le rassure, et que
c'est justement pour ça qu'il s'endort sans...



charlinette 12/01/2013 22:27


ouhhhh note dense.... et avec mon esprit fatigué du soir, ais je bien tout saisi? ;-)


en gros tu pensais pouvoir écouter ton instinct et que du coup ce serait "simple" mais en fait tu te retrouves à batailler avec tous les préjugés que tu as entendu/ingéré/digéré? genre "laisses
la pleurer"...


alors je vais te donner mon avis de maman maternante, très "louve", fusionnelle de l'avis général (tout en me disant que je suis fusionnelle dans le "bon sens" du terme c'est à dire sans étouffer
mes gamins)... avis aussi très lié à mes valeurs et mes "fondements" professionnels (je suis éducatrice de jeunes enfants)...


je vais te la faire (relativement) court : 


-un caprice n'existe PAS si on considère qu'un caprice est l'expression illégitime d'une colère/envie/frustation.... en gros pour moi, tout est recevable/entendable/accueillable même si on ne
comprend pas le pourquoi de l'émotion de l'enfant. Je parle d'émotion et non de comportement. J'accueille la colère de mon fils, je ne l'autorise pas à me taper pour exprimer cette colère


-un bébé a passé 9 mois in utéro, dans une continuité absolue de sensations : chaleur, douceur, mouvements, bruits de l'intérieur de ton corps, dont le coeur... en naissant il perd TOUS ses
repères, découvre le froid, la faim et il EST cette sensation. Quand il a faim, il ne sait pas qu'il a faim, tout son corps lui fait mal/est sous tension. d'où l'impossibilité d'attendre pour
téter par exemple. Il ne peut pas encore anticiper que oui tu vas lui donner à manger. 


DAns ton utérus, il sentait tous les contours de son corps en permanence et là... plus rien! il ne sent plus les limites de son corps sauf quand ce corps est en contact... d'où le fait que les
bébés couchés dans un "grand" lit à barreaux trouvent le moyen de se déplacer et de coller leur tête contre la paroi du lit (dès la naissance). Solution : gigoteuse, lit plus petit, serviettes de
bain roulées pour faire "cale bébé", portage....


en bref, après 9 mois in utéro, "DANS ton ventre", on parle de 9 mois pour s'autonomiser, pour s'éloigner, 9 mois "SUR ton ventre". 


info hyper importante aussi : plus un bébé aura été porté/écouté/respecté dans ses besoins de contacts notamment, et plus il se crée une base de confiance interne et plus il sera indépendant et
autonome en grandissant... faut juste fermer ses oreilles à toutes les conneries entendues partout. Non on ne rend pas un enfant capricieux en répondant à ses (gros) besoins de portage, on lui
apprend le respect de ses émotions/besoins parce que nous, ses parents, les avons entendus et y avons répondus. 


- l'écharpe est un moyen hyper intéressant pour nous parents car oui on répond aux besoins de son enfant et en plus on continue notre vie. L'enfant participe au quotidien sans etre au centre de
l'univers et c'est pas plus mal selon moi ;-)


ici nos 2 enfants ont été portés tous les jours, ont fait TOUTES leurs siestes dans mon dos jusqu'à leur 6 mois en gros où là je commençais à les poser après les avoir endormis dans mon dos. Et
oui y'a un côté égoiste car je n'ai pas "perdu" des heures à leur apprendre à s'endormir seul dans leur lit... hop dans mon dos et moi je continue mes activités. Du bonheur :-D


faut arrêter de ne pas "donner" maintenant par peur que "si on donne le petit doigt, il prendra le bras"... c'est faux! un vrai conditionnement! non car l'enfant n'a pas cette capacité
d'intellectualiser, de chercher à manipuler ou autre. Il demande ce dont il a besoin. un exemple, certes peut etre pas hyper parlant pour toi maintenant : mon grand a fait sa rentrée scolaire en
septembre dernier. très dur les 1ers jours : pleurs violents, hurlements...très dur. Perso, je savais que si cette "adaptation" difficile durait je pourrais l'enlever de l'école et ne le
scolariser que l'année prochaine puisque je suis en congé parental pour son petit frère encore 1 an. Réponse unanime de l'entourage (sauf mon homme!) : non non faut surtout pas lâcher car si tu
l'écoutes cette année, l'année prochaine, il aura compris et il rejouera les mêmes choses... alors ma perception c'est que mon gamin ne hurlait pas pour "obtenir" quelques choses mais pour
exprimer la violence de ce qu'il vivait et donc attendre un an de plus n'était pas "reculer pour mieux sauter" mais lui permettre de grandir un peu plus et donc d'etre plus mature affectivement
l'année prochaine pour aborder cette scolarisation plus sereinement. 


bref j'ai fait un roman mais ce sont des sujets qui me tiennent à coeur ;-)


au fait, tu disais dans un commentaire précédent que tu ne pensais pas pouvoir vivre une prochaine naissance plus proche de tes attentes... je n'ai pas comrpis pourquoi...


à bientôt ;-)


pS : tu peux lire TOUS les livres d'isabelle filliozat si tu ne connais pas encore ;-)

Apostille 13/01/2013 12:03



En gros, t'as tout pigé ! :p


"plus un bébé aura été porté/écouté/respecté dans ses besoins de contacts notamment, et plus il se crée une base de confiance interne et plus il sera indépendant et autonome en grandissant...
faut juste fermer ses oreilles à toutes les conneries entendues partout".


Rien à rajouter, à part merci... J'ai encore du mal à fermer les oreilles, c'est tout !


Merci pour ce looong témoignage, ça me fait du bien (dans ma famille, c'est encore très mal vu ce genre de façon de faire... Donc j'en prends plein la poire, sans méchanceté, mais au détour de la
plupart de mes coups de fil, de mes mails...)


Demain ballade à la médiathèque !