Laisse pleurer ...

Publié le 1 Mai 2013

Encore et toujours, n'est-ce-pas ? Je me plais à penser que je serai moins stressée à propos de l'alimentation, du développement psychomoteur, du langage... (Ceci dit, il y a des signes avant-coureurs, ma petite veut goûter tout ce que nous portons à la bouche, tient quasiment assise et babille à qui mieux mieux, donc...)

 

Parce que cette histoire de sommeil, vraiment, bouuuuh que ça me perturbe.

 

Surtout depuis que j'ai lu ceci : 

 

Pour qu’un bébé fasse ses nuits, il faut d’abord qu’il soit capable de s’endormir seul. Il faudra coucher votre bébé encore éveillé afin qu’il apprenne à trouver son sommeil tout seul. Il est important de renforcer les signaux de sommeil avec un rituel de coucher et des horaires de lever, de coucher, de repas et de siestes réguliers.

Au moment des éveils nocturnes, il est important de laisser au bébé le temps de retrouver son sommeil. Ces éveils sont normaux : le bébé reste éveillé plusieurs minutes et se rendort souvent sans intervention des parents. Pendant cette période d’éveil, les bébés jouent, gazouillent et parfois pleurent. Si les parents interviennent au premier signe d’éveil, le bébé n’a pas le temps de se rendormir seul. (Source)


Ou ceci :  


Entre huit mois et un an, alors que les cycles de sommeil sont parfaitement installés, l’enfant présente très fréquemment, pendant une période de un à deux mois, un éveil calme vers 5-6 heures du matin. Il est important que les parents sachent respecter cet éveil nocturne sans intervenir auprès de l’enfant, au risque d’induire des troubles du sommeil secondaires. (Source)

 

Evidemment, c'est pas pour de suite, n'est-ce pas. Mais ma première pensée a été : Même si elle pleure ????

 

Je trouve ça flippant, cette menace de pourrir le sommeil de mon enfant... Et j'avoue que je ne me sens pas capable de laisser ma petite pleurer pendant plusieurs minutes sans rien faire. (Surtout que j'imagine bien la galère pour la recoucher après, tiens, si finalement il faut intervenir.)

 

Et puis, un jour, je me suis demandé comment on fait "ailleurs"...

 

Et j'ai découvert que presque partout sauf en Occident, les bébés ne dorment pas seuls. Et non seulement ils ne dorment pas seuls, mais il est inconcevable de les laisser pleurer. Je parle de pays dits développés, bien sûr, ou la possibilité de faire autrement existe.

 

Je ne suis pas sûre que finalement, dans ces pays, on rencontre à terme plus de problèmes de sommeil...

 

Chez les parents, las de se lever une la nuit pendant quelques années, sûrement. Mais chez les enfants ?

 

J'ai lu un jour que les pays rois du laisser-pleurer (France et Allemagne en tête) , sont aussi les rois des psychotropes. (Je ne trouve plus la source)

 

J'en viens à me demander si nous sommes déprimés parce que nous laissons nos enfants pleurer, comme on nous a laissé pleurer (je fais une cote mal taillée, hein, on ne m'en voudra pas) , ou si on laisse nos bébés pleurer parce qu'il nous paraît insupportable de nous lever la nuit pendant des mois, des années...

 

Si finalement, ce n'est pas simplement parce que l'idée de ces levers répétés paraît effarante. En soi, mais surtout parce qu'elle signerait notre incapacité à être de bons parents, comme ces parents merveilleux qui ont des bébés qui dorment 12h d'affilée à deux semaines (il paraît que ça existe).

 

Pour avoir rencontré des parents de plusieurs enfants, je sais aujourd'hui à quel point tout ça est faux, à quel point ça dépend de l'enfant en lui-même (et pas de la volonté inconsciente de la mère d'allaiter à 3 plombes du mat', y'en a qui ont de ces idées...)

 

Je ne sais pas si je fais ce qu'il faut pour ma fille. Peit-être qu'à cause de moi, elle aura un sommeil de merde.

Mais une confiance en elle au top ! :P

Rédigé par Apostille

Publié dans #Questions et réfléxions d'ordre général ...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Floh 03/05/2013 11:00


Pardonne-moi ma belle...Je ne fais peut-être pas assez attention à mes mots, ou je suis trop la tête dans le casque pour réaliser la portée que peuvent avoir mes témoignages à l'extérieur.
J'ai un modèle particulièrement résistant, ce qui ne veut pas dire que ce sera pareil pour toi. Je sais que tu es une grande anxieuse, je pense qu'il est par contre bon que tu aies conscience que
certaines choses qui marchent maintenant peuvent ne pas être acquises, mais ça, c'est un peu la loi numéro 1 d'un enfant ;) Je pense aussi que le témoignage de Lila t'orientera bien mieux que le
mien, et peut te donner des pistes.
Par contre oui je n'en démords pas, même si on a envie de se rassurer avec tout plein de lectures et de conseils, à un moment, c'est notre petite voix intérieure essentiellement qui nous aidera,
nous guidera et aura sûrement raison...
Encore désolée et tout tout tout plein de bises... 

Apostille 03/05/2013 21:01



Ne t'en fais pas grandette... Je te connais un peu, depuis. Et pis j'aime bien l'aigre-doux ! :)



Lila 03/05/2013 09:08


Pour rebondir sur les citations que tu donnes... Mon fils se réveille au moins 2 fois par nuit (je pense, je me réveille pas à chaque fois), gazouille, bouge dans le lit, parfois grogne un peu
(comme ses grognements du soir), et se rendort seul. Nous, on reste bien tranquillement sous notre couette. Et je pense qu'effectivement il vaut mieux ne pas y aller parce qu'il se rendort mieux
seul, comme en début de nuit où si on retourne le voir, il ne s'endort pas. Par contre, quand il se réveille en hurlant (cauchemar ?), on est avec lui en moins de 30 secondes. Et personnellement
je trouverais ça cruel de le laisser seul dans ce second cas. 


Mais je pense qu'on fait facilement la différence entre les grognements/petits pleurs (qui sont chez nous les mêmes qu'à l'endormissement en début de nuit) et les hurlement de "j'ai besoin de
vous".


 


Et puis en tant que parent, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a (les infos, nos capacités, notre compréhension de notre enfant) et il vaut mieux arrêter se se culpabiliser sur ce qu'ils
risquent à cause de notre comportement, parce que de toute façon, quelque soit nos choix, on trouvera toujours des gens qui savent mieux et qui nous diront qu'à cause de ce qu'on fait notre
enfant sera perturbé. ("tu le mets dans la poussette ? tu ne respecte pas ses besoins de contact il sera perturbé et il refoulera ses sentiments" "tu le portes en écharpe ? Il sera pourri gaté et
il ne sera jamais indépendant". Etc etc). Oui, je sais, c'est plus facile à dire qu'à faire. 

Apostille 03/05/2013 21:03



Ca me rassure un peu, même si mon souvenir est que le Magicien vous a fait comprendre à un moment donné qu'il n'avait surtout plus besoin de vous, et que ma petite n'en est pas encore là... Mais
ça va venir, hein ?



Floh 01/05/2013 22:13


Ouais, alors NON! :D Parce que moi, j'ai eu un modèle qui savait très bien s'endormir seule (j'entends par là: pas au sein, couchée dans son lit éveillée et qui trouve son sommeil en 5-10 minutes
max) et pour autant, ben ça n'a JAMAIS favorisé des nuits sereines et sans réveil.
Et j'ai un modèle qui, si tu la laisses pleurer plus de 30 secondes dans son lit seule, part en vrilles complètes et se met à hurler. Bon, le souci c'est que maintenant, même si on intervient,
elle hurle quand même mais c'est encore autre chose.
Alors ce genre de généralités, c'est comme tout: ça marche sans doute pour certains mais pas pour d'autres. Ca peut être des pistes de réflexion pour des enfants mais pas pour d'autres, et que ça
ne te fasse pas culpabiliser!


Tu sais, pour cette histoire de laisser pleurer, pfff....C'est ton baromètre qui compte. A un certain point, je peux en témoigner, tu es tellement épuisée, tu n'en peux tellement plus, tu ne sais
tellement plus quoi faire que tu tentes TOUT. Y compris laisser pleurer. Ca marche....ou pas. En fonction de la façon dont tu es positionnée toi aussi sans doute. Chez nous, ça n'a donc pas
marché. Loin de là.
Mais tu vois, ma pédiatre qui est ultra douce, ultra pas interventionniste, ultra respectueuse etc etc, ben comme je te l'ai écrit, elle a été jusqu'à me conseiller de laisser pleurer. Parce que
pour elle, il n'y a que ma fille qui a sa propre solution. Et pour autant, j'en suis incapable, et mon homme aussi. Et on a l'impression que ça n'est pas ça la bonne solution, même si du coup on
ne sait pas trop quoi chercher...Ah si, j'en suis à remettre mon allaitement en question, peut-être qu'il fallait ça pour commencer une forme de sevrage, je l'ignore...


Alors hein? Tu fais comme tu le sens. Et oui c'est désespérant. Mais à un moment, tu as toutes les clés et les infos, tu pourras toujours lire plein de trucs, ça n'empêche qu'il va falloir
trouver votre solution à tous les 3. Et ouais, je sais, c'est ultra dur :s


Je t'embrasse fort, courage courage... 

Apostille 02/05/2013 19:40



Oh ma Floh... Tes commentaires aigres-doux, il me font du bien, mais pas que... A moi qui suis une grande anxieuse, qui me dis si souvent que tout ce qui est réussi aujourd'hui peut partir en
quenouille demain...


Je suis de tout coeur avec toi, je sais que tu as fait tout ce que tu as pu. Je t'embrasse très, très, très fort.