Projet de naissance

Publié le 19 Décembre 2012

Normalement, après une première lecture par notre sage-femme (celle de l'hapto qui nous accompagnait au plateau technique), ce projet aurait du être raccourci et condensé. Notre sage-femme connaissant notre projet au fil de nos discussions, nous l'avions préparé au cas où j'aie à être prise en charge par le personnel de l'hôpital, mais cela semblait plutôt bien parti pour qu'on fasse sans...

 

Je vous le livre tel quel, en préambule au récit de la naissance ...

 

 

Madame, Monsieur,

 

Nous vous sommes reconnaissants de prendre connaissance de ce projet de naissance. Il a été établi par nos soins, afin d'initier le dialogue avec vous. Nous savons qu'il ne représente en rien un contrat, et que les choses peuvent toujours changer en cours de travail ou d'accouchement. Nous accepterons volontiers toute proposition de votre part pour faciliter le déroulement de ce qui est, pour nous, un évènement sans précédent.

 

En revanche, il est certains points que nous estimons capitaux, et sur lesquels il sera peut-être difficile de trouver des compromis. Nous souhaitions vous préciser que la plupart d'entre eux sont liés à la fois à notre histoire vis-à-vis des professionnels de santé et à nos recherches à propos de l'accouchement. Ils n'ont en aucun cas pour but de vous entraver dans l'exercice de votre métier, mais de nous permettre de vivre pleinement la naissance de notre enfant, en totale confiance. Nous savons que cela peut modifier vos conditions de travail, et nous en excusons d'avance. Cependant, un accouchement n'est pas un acte banal, et nous avons à coeur de faire en sorte que cela se passe du mieux possible, à la fois du point de vue médical et humain.

 

Si la naissance de notre bébé ne pouvait se dérouler de façon physiologique, nous vous serions infiniment reconnaissants de faire en sorte de respecter au plus possible ce projet, et de nous tenir au courant le plus en amont possible des evénements, afin de nous permettre de nous adapter.

 

- Lors de notre arrivée à l'hôpital et pendant le travail, je souhaite éviter tout recours au toucher vaginal afin juger de l'état du travail, et ce par n'importe quelle méthode jugée appropriée par la personne qui me recevra. Je suis informée que cela peut induire un travail inutile car inefficace, et prolonger ainsi les douleurs.

Je tiens à ne pas essayer d'imposer une périodicité pour cet examen, et reste ouverte à la possibilité de déterminer la marche à suivre en accord avec la sage-femme au moment venu. (Par exemple, un examen à l'accueil, puis un pour vérifier que le travail avance, puis un quand l'expulsion devient imminente, pourraient composer un bon compromis) Cependant, les touchers vaginaux de routine n'étant pas nécessaires, ils risquent de perturber le déroulement des choses, car c'est une véritable épreuve pour moi. A tel point qu'à mon grand regret, il est possible que je ne puisse accéder à aucune demande d'examen, malgré ma bonne volonté.

 

- S'il s'avère absolument indispensable d'effectuer un TV, et que je suis en mesure de l'accepter, je serai très reconnaissante à l'ensemble de l'équipe de me laisser quelques minutes pour "me préparer". En outre, merci de faire en sorte qu'il soit réalisé par la sage-femme qui m'accompagnera tout au long de l'accouchement (sauf changement de garde, bien entendu).

 

- Dans ce cadre, et si je ne suis pas capable de me vêtir et me dévêtir seule, je souhaite ne pas être examinée nue, et pouvoir requérir de l'aide, afin de pouvoir remettre mes vêtements et dessous et les conserver le plus longtemps possible.

 

- En outre, si cet examen ne peut être évité, il sera réalisé en présence de la seule sage-femme (sauf nécessité absolue requise par mon état) , à l'exclusion de tout autre membre du personnel médical, stagiaire, ou de mon mari. D'ailleurs, ancun détail ou résultat ne lui sera communiqué, que je sois présente ou non, sauf si je ne suis pas en état de prendre les décisions qui me concernent.

Ceci n'a pas pour vocation de l'exclure, mais de me permettre de ne lui donner que les informations les moins gênantes. Je serai extrèmemement reconnaissante en particulier à l'équipe d'éviter toute phrase du type "Votre femme est dilatée à ...", et/ou de "m'interroger" en sa présence.

 

- Si le travail est avéré, j'aimerais être placée dans une chambre calme, où je pourrais bouger à ma guise et garder mes vêtements le plus longtemps possible. J'aimerais en outre qu'il me soit permis de boire, voire de prendre une légère collation si cela n'entrave pas le travail de l'anesthésiste, et de déambuler hors de la chambre si mon état le permet, via le recours à un monitoring intermittent.

 

- Je pense essayer d'accoucher sans péridurale. (En revanche, tout autre méthode pour soulager mes douleurs sera acceptée avec joie.) Cependant, j'apprécierai grandement d'être prévenue quelques minutes avant que la péridurale ne soit plus possible, afin de ne rien regretter.*

 

- Je refuse absolument, sauf danger vital immédiat et si aucun membre du personnel n'est disponible pour m'aider à garder la position voulue, d'être attachée ou entravée volontairement (autrement que par la perfusion, le monitoring...)

 

- Je souhaite pouvoir me rendre aux toilettes, et n'être ni sondée, ni rasée.

 

- Je ne souhaite pas d'épisiotomie. En revanche, tous les conseils à propos de méthodes permettant de l'éviter (ballon, homéopathie, position différente...) sont les bienvenus. Je préfère prendre le risque d'une déchirure. Dans ce cas, la suture se fera, si elle est indispensable, sous anesthésie et dans la plus stricte intimité.

 

- Je ne vois aucun obstacle à la pose d'une voie veineuse et/ou d'une perfusion, si elle me permet de bouger. En revanche, à tout moment sauf urgence vitale, je souhaite que mon accord soit requis avant de l'utilisation de quelque substance que ce soit, bien que je ne sois pas opposée à leur usage (ex : ocytocine).

 

- Si le travail semble adopter un rythme lent ou très rapide, j'aimerais qu'il soit tenté le plus longtemps possible de le laisser se faire ainsi, sans intervention ou administration d'hormones. En revanche, s'il existe une méthode "douce" pour l'accélérer ou le ralentir, je serai ravie d'écouter vos conseils. De même, sauf si cela s'avère indispensable, la poche des eaux ne sera pas percée.

 

- J'aimerais, en outre, qu'il me soit possible de pousser au moment où j'en ressens le besoin, dans la position qui me paraîtra la plus adaptée, et pour laquelle les conseils seront les bienvenus.

 

- Dans le cas où les choses ne se passent pas comme prévu et où un accouchement par voie basse soit ardu, je préfèrerais la césarienne à une extraction instrumentale. Cependant, l'empathie et l'expérience de la sage-femme à ce momnet précis peuvent changer mon point de vue, et je lui serai reconnaisante de son aide à traverser cette épreuve.

 

- Toujours dans le cas où des complications nécessitent une extraction instrumentale ou une césarienne, nous aimerions que cela nous soit (si possible) expliqué. Si vous pensez que ce qui les évènements qui se déroulent dans la salle d'accouchement sont de nature à choquer mon mari, merci de nous en informer, et de nous laisser le temps de choisir ensemble s'il quitte la pièce. Je vous remercie, sauf urgence vitale, de ne pas lui demander vous-mêmes de sortir.

 

- Si une césarienne s'avère nécessaire, nous aimerions discuter avec vous de la possibilité d'une anesthésie locale, de façon à nous rapprocher le plus possible d'une naissance "naturelle". Dans cette optique, nous aimerions que notre enfant puisse être posé sur moi en peau-à-peau. Si cela s'avère impossible, cela serait formidable qu'il puisse le faire avec son père.

 

- En fin de travail, j'aimerais que tout soit fait pour protéger mon intimité, à l'aide par exemple d'un drap sur le haut des jambes, et un sur le haut du corps, s'il est impossible de garder mon vêtement. De même, j'aimerais éviter de devoir adopter une position dans laquelle je ne sois pas à l'aise. Il m'est impossible pour le moment de savoir comment je me sentirais le mieux, mais nous apprécierions beaucoup que la sage-femme qui s'occupera de nous soit à l'aise avec d'autres positions que la "position classique".

 

- De même, afin de protéger mon intimité, la présence du personnel médical sera limitée au nombre de personnes indispensables (idéalement, la seule sage-femme, éventuellement complétée de l'anesthésiste.)

 

- Afin d'obtenir le meilleur compromis possible entre la pratique délivrance dirigée et nos opinions en la matière, je souhaiterais que le cordon soit coupé trois minutes ou plus après la naissance de notre enfant. L'administration d'hormones de synthèse pourra être réalisée juste après, de façon à vous permettre de procéder selon les pratiques habituelles.

 

- Si je dois subir une révision utérine, je souhaite qu'elle soit faite sous anesthésie générale.

 

- Si une partie des membranes seulement est manquante, je demande à pouvoir discuter avec l'équipe médicale de la nécessité d'intervenir, et de la façon adéquate de le faire.

 

- Après l'accouchement, je serai très heureuse que l'on m'aide à me revêtir au plus vite, avec les vêtements que j'aurai choisis. Là encore, je souhaite que toute information médicale me soit remise dans la plus stricte intimité, et que le personnel médical frappe toujours avant de pénétrer dans ma chambre.

 

 - Nous demandons à ce que notre enfant soit mis au sein le plus tôt possible, et pouvoir le garder en peau-à peau tant que nous le souhaitons. Nous aimerions qu'il soit baigné, pesé et mesuré plus tard, afin d'avoir le temps de le découvrir dans le calme. De même, sauf si je le demande expressément, j'aimerais le garder avec moi en permanence.

 

- Si je ne peux allaiter, je remercie l'équipe de me soutenir, de m'aider à tirer mon lait et à l'administrer à l'aide d'un dispositif compatible avec la reprise de l'allaitement au sein, comme un DAL. Même si cela me fatigue énormément, je serai gré à l'ensemble du personnel médical de tout faire pour nous aider à éviter que notre enfant ne reçoive d'autre aliment.

 

- Nous vous remercions de nous expliquer, le cas échéant, pourquoi il est nécessaire d'administrer  à notre enfant un médicament, des vitamines, un biberon. S'il a vraiment besoin d'une quelconque "aide" pour respirer ou d'une mise en couveuse, merci de nous en faire part avec ménagement. Nous vous remercions également d'éviter tout acte médical si nous ne sommes pas présents.

 

- Enfin, j'aimerais pouvoir rentrer chez nous au plus tôt. Je remercie l'ensemble de l'équipe médicale de nous aider à organiser le suivi nécessaire.

 

Nous vous remercions encore une fois de votre attention,

Et vous prions d'accepter nos saluations les meilleures.

Rédigé par Apostille

Publié dans #Questions et réfléxions d'ordre général ...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sel 20/12/2012 15:54


Un grand merci pour ce partage ! Peut-être bien que ça nous sera utile, un jour...Et en attendant, le terme "projet de naissance" me semble moins flou (le genre de chose dont on parle beaucoup,
mais dont je ne savais pas exactement comment ça se rédigeait...)

Apostille 02/01/2013 12:28



Très honnètement, je pense que ce n'est pas un projet classique. Nous y avons mis tout notre coeur, et ça se sent, car ce n'est pas très pro, très détaché... Mais on avait tant à dire... J'aurais
du le résumer un peu avant la naissance mais le temps a manqué...